27.2.15

L'arbre

Je ne sais pas combien j'ai passé d'années loin des parquets. Je ne veux pas compter parce que c'est déprimant. Il y a deux ans, lors de la soirée de fin d'année de l'amicale dans laquelle je pratique, il était question de termes qui définissaient pour nous le kendo. Je ne sais pas exactement ce qui c'est passé, mais au final, mes camarades se demandèrent pourquoi je n'avais pas choisi le terme « kizuna » (絆) qui veut dire « lien » comme dans « liens d'amitié », « liens familiaux » et je me revois encore à me demander devant eux pourquoi je n'avais pas pensé à ce terme... Et pourtant...

C'était il y a deux ans, ou un peu plus. Depuis il s'est passé des choses. En août dernier, Patrick est venu au Japon. Patrick c'est celui qui m'a initié au Kendo, avec Didier, à Jussieu, à la fin des années 80. On s'était croisé aux 20 ans du Kenyu. L'anniversaire avait été pour moi une bonne occasion de passer une semaine en France, et même si je n'ai jamais été membre du club, en tant que pratiquant à Jussieu on y avait quand même tous nos amis, et nos profs aussi. Ça faisait donc un bail que je n'avais pas vu Patrick. On a passé un bout de la journée à Naoshima, et puis on est revenu à Kokubunji, on a passé la soirée ensemble et on s'est quitté le lendemain matin. On a eu le temps de parler de kendo bien sûr, et d'autres choses aussi.

Et puis il y a Laurent, mon sempai de Jussieu, mon cher Laurent, mon grand frère et mon ami, qu'on passait des après-midis dans le 13e à écouter du hard et à parler de SF, et des chevaliers de la Table Ronde, et à dire des conneries sur le reste du monde. Et le soir, avant de rentrer, comme sa grand-mère qui ne parlait que le Mandchou savait pourquoi j'étais maigre comme un clou, j'avais le droit à un repas chinois maison. Laurent, il a été à une heure d'ici, en avion et en décalage horaire, pendant quelques années. On se téléphonait souvent sans craindre de réveiller l'autre et comme quand on était à Paris on passait des heures au téléphone. C'est plus cher entre Takamatsu et Shanghai qu'entre le 13e et la banlieue sud-est, mais c'est pas grave, tant qu'on se marrait. Laurent est reparti en France et il a repris l'entrainement, et puis il a toujours un pet de travers, quand il ne s'explose pas le pied, c'est le petit doigt qui prend un coup. C'est un brutal Laurent, mais tout le monde l'aime comme ça.

Avant et après le séjour de Patrick, on a parlé. Et ça m'a rappelé cette photo qu'on avait de nous trois quelque part autour de Saint Malo, la seule année où j'avais participé parce qu'autrement je n'avais pas un rond et ce n'était pas facile de payer pour le kendo quand on est étudiant fauché.

Il y a eu d'autres histoires, et puis maintenant qu'on a Facebook tout est plus facile. On voit les photos, et les commentaires, et on rigole des anecdotes. Et on retrouve des noms connus, des visages. Mais on sait qu'ils sont loin, que c'est plus pareil.

Il y aura les championnats du monde en mai à Tokyo. En 85 je n'avais pas encore commencé, et en 94, je devais bosser. Cette année, c'est promis, je prends 3 jours, je laisse les enfants avec ma moitié et je vais les voir. Et il y aura l'équipe de France. En regardant leurs noms l'autre jour, j'ai réalisé que je n'y connaissais personne. Il n'y a que le nom « Soulas » qui me rappelle quelque chose et encore, c'est vraisemblablement le père de la dame, M. Soulas qui était déjà haut gradé alors. En tout cas, respect. Ils sont tous jeunes et fringants, et pleins d'énergie, et c'est vrai qu'un championnat du monde au Japon c'est pas rien. C'est le Nippon Budokan, c'est pas un gymnase en banlieue. C'est magique. Et même pour ceux qui sont dans les gradins. Mais j'ai été surpris quand j'ai vérifié s'il y restait des tickets. Les deux premiers jours ont encore plein de sièges vacants au premier niveau alors que le dernier jour (finale équipe hommes) est déjà plein depuis un bout. Il ne reste de places qu'au troisième niveau. C'est dommage pour le kendo féminin je trouve, mais bon, moi je prendrais un ticket pour les trois jours de toute manière. Et j'espère que je croiserai des gens sympas dans les gradins.

Avec toute cette euphorie de début d'année, je m'étais donc dit que j'allais enfin reprendre. Mais pas reprendre à moitié, vraiment reprendre. Pour passer un grade, pour faire les compètes locales, pour retrouver les amis, pour m'amuser quoi. J'ai donc refourbi mon équipement, vérifié que j'avais encore au moins un shinai en état de marche (j'en avais deux !) et hop, avec mon permis de conduire nouvellement acquis fin septembre j'allais en surprendre quelques-uns. Ça n'a pas manqué et on m'a même félicité pour ma pêche en me demandant si je ne m'entrainais pas déjà ailleurs. Mais non, mais non, c'est bien la première fois que je mets les pieds sur le parquet depuis quelque temps et si j'ai la pêche c'est parce que bosser sur son portable en restant au lit ça ne consomme pas beaucoup d'énergie monsieur ! La pêche, mais j'ai quand même mal partout. Et une heure pas semaine, ça laisse sur sa faim.

Et hop. Il y a tout juste un mois, je découvrais un livre de kendo apparemment intéressant à la bibliothèque : Le kendo, une redécouverte (剣道 再発見). Pas trop de photos, beaucoup de texte, j'embarque. Je le laisse réchauffer jusqu'au lendemain matin et là, alors que je m'apprêtais à prendre mon petit déjeuner, je m'exclame devant ma moitié confuse : « Mais bon sang ! C'est monsieur Yoshimura ! » (ça ne fait pas le même effet en langue locale, mais c'était l'idée). Effectivement, parmi les photos que j'avais tout juste survolées la veille, il y avait bien M. Yoshimura en page 43 qui regardait le lecteur tout en étant en chudan pour illustrer la partie dans laquelle il parlait de l'importance de la garde.

Il se trouve que 2 ou 3 jours auparavant j'avais trouvé (cherché ?) sur le net des papiers sur l'histoire du kendo en France et que j'avais trouvé un truc qui donnait un historique jusqu'au début des années 90. C'était curieux de lire ça en se disant que quand j'ai commencé (88 ?) le kendo français n'avais somme toute pas une si longue histoire que ça. La plupart des gens qui avaient fait cette histoire étaient déjà des légendes pour les débutants que nous étions alors et c'était merveilleux de pouvoirs les reconnaitre dans un stage ou même d'avoir l'honneur de recevoir de leur part un commentaire à la fin d'un keiko. J'avais donc cette lecture fraiche à l'esprit quand j'ai attaqué le livre de M. Yoshimura. Et là, rebelote, la première partie décrivait son arrivée en France et non seulement les difficultés des débuts du kendo français, mais aussi ses hésitations en tant que pratiquant qui n'avait pas à sa disposition l'environnement adéquat pour progresser. On sait tous que malgré ceci M. Yoshimura a atteint le sommet du kendo avec un 8e dan et ça ne nous (me) laisse donc aucune excuse valable pour ne pas persévérer.

C'est le lendemain que j'ai appris que M. Hamot était décédé. Pour moi, M. Hamot c'était le livre rouge chez Budoscope (je l'ai toujours avec moi ici), c'était les commentaires sur « Les 7 Samourais » lors des stages d'enseignements (j'ai dû participer à un ou deux de ces stages à l'époque, histoire d'avoir les compétences pour assister Son qui avait alors remplacé Patrick et Didier à Jussieu), et puis c'est un « M. Helary, c'est ça qu'on vous a appris au Japon ? » cinglant après un hayasuburi nul au Cepesja, de retour de mon premier séjour ici. Les boules quoi. À côté de chez moi, il y avait le club de Maisons-Alfort, où Eric Hamot était enseignant, et il avait eu la gentillesse d'accepter que je m'entraine de temps en temps avec eux, gratuitement. Alors pour moi, la famille Hamot, c'était des princes, des gens pour lesquels on sait qu'on n'aura jamais assez de mots pour dire merci.

Pour finir cette saga qui somme toute ne fait que commencer, quelques jours après je me trouvais à la librairie du coin avec du temps à perdre et je me mis donc à feuilleter le dernier numéro de Kendo Jidai. Le numéro était intéressant, il y avait un petit commentaire des personnes qui avait réussi le 8e dan et parmi ceux-là, un avait particulièrement attiré mon attention. Il s'agissait d'un monsieur de Kyushu qui avait fait du kendo de l'école primaire au lycée et qui avait ensuite arrêté pendant 20 ans. Mais vraiment arrêté. Rien, pas un suburi. 20 ans après, ses enfants commencent et il s'y remet donc, mais une fois par semaine, au maximum parce qu'il bosse comme un japonais, forcément, donc même des fois c'était moins que ça. Mais il ne baisse pas les bras, et puis comme il ne peut pas s'entrainer autant qu'il veut, il se débrouille, et comme il le dit si bien, à la campagne on prend la voiture tellement souvent qu'on n'utilise plus ses jambes, alors pour compenser il décide de marcher 10 000 pas par jour, sur le chemin du travail, etc. 10 000 pas. Par jour. Et ce ne sont pas 10 000 pas juste pour flâner, mais en se disant que chaque pas va compter pour son kendo, que chaque pas le rapproche de l'entrainement. C'est ses jambes, mais c'est aussi son esprit qui est dans ces pas. 10 000, tous les jours, pendant des années. Maintenant que j'y pense, ça me rappelle un prof de droit à la fac ici qui disait aux étudiants en première année: vous avez les codes. Des milliers de pages. Lisez-en une par jour. Ça va être pénible et vous ne comprendrez rien au début. Mais après quatre ans de fac, il y aura ceux qui auront lu 1500 pages de droit et qui sauront de quoi ils parlent, et ceux qui n'auront pas fait cet effort. Dans le même numéro de Kendo Jidai il y avait aussi un récapitulatif des derniers passages de grades 6e et 7e, et des examens Renshi etc. Et pof, pour bien enfoncer le clou, dans la catégorie Renshi je retrouve François qui avait commencé tout juste un peu après moi à Jussieu...

Le kendoka c'est un arbre. Il a des racines. Il a un tronc, et il a des branches et des feuilles. Les racines, c'est son passé. C'est les anciens profs, les amis qu'on ne voit plus, ou moins, les mots qui nous ont touchés, les regards, les victoires ou les échecs, ce dont on se souvient. Le tronc c'est maintenant, il est fort, droit, ou il est malade, tordu, faible, mais il est là, et tant qu'il vit il peut se redresser. Et les branches et les feuilles, c'est maintenant, c'est la lumière que les autres nous donnent pour pousser, pour aller un peu plus haut, pour aller un peu plus loin. Et c'est beau un arbre.

15.2.15

5 ans, 3 mois et 27 jours plus tard

Yuto a eu 10 ans mercredi dernier, Noemi 7 ans en octobre, Kento 19 en novembre, moi 45 quelques jours après et Noriko 46 le mois suivant.

J'ai repris l'entrainement en janvier après 3 ans de vide presque total, et cet après-midi a eu lieu le premier stage de kata auquel j'ai participé depuis des années...